Aller au contenu principal
Support navigateur
Pour utiliser ASOS, nous vous conseillons les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari ou Internet Explorer.

STYLE ET CULTURE POP

ASOS MAGAZINE RENCONTRE MABEL

6 juin 2019

C’est avec «Know Me Better» sorti en septembre 2015 que nous avons fait connaissance avec Mabel McVey. Avec une poignée de singles dévastateurs (“My Boy My Town”, “Thinking Of You” et “Finders Keepers”) et plusieurs EPs aux inspirations 90’s, la jeune anglaise s’imposait alors comme un talent à surveiller de près. Depuis le succès de son hit mondial «Don’t Call Me Up» et avec son premier album “High Expectations” dévoilé en juillet prochain, 2019 s’annonce comme un tournant pour cette artiste en devenir de 23 ans. La team du mag s’est entretenu avec elle pour parler de son background, de l’optimisme que lui inspire sa génération et de ses futurs projets. Découvrez son interview ainsi que celles de Khalid et Dove Cameron dans le numéro Été 2019 du dernier mag ASOS :
L’Interview De Mabel Pour Le Magazine ASOS

Ses origines
"Je suis Sierra-Léonaise, Suédoise, Anglaise. Mais j’avais du mal à revendiquer mes racines noires même si ça fait vraiment partie de moi. Ma mère est noire, mais je suis comme je suis. Est-ce que j’ai pas le droit de chanter d’une certaine manière ? De faire de la musique avec certaines personnes ? Donc depuis un an, si on me demande si je suis métisse, je réponds : "tu sais quoi, je suis comme ma musique, un joyeux mélange". 

Sa relation avec sa mère (Neneh Cherry)
"Je suis tellement fière d'elle. Je vivais toujours chez mes parents quand on travaillait sur nos albums, et c’est pas évident d’avoir deux personnes qui se regardent le nombril sous le même toit. On s’entend super bien, mais je m’inquiète souvent pour elle".

L’Interview De Mabel Pour Le Magazine ASOS

Sa vie en Suède
"Y’a tellement de choses que j’aime en Suède et et j’adore être Suédoise, mais j’avais aussi l’impression d’être un extra-terrestre. Tout est très propre et blanc. Pour Noël, ma famille – mon grand-père de Sierra-Léone (Ahmadu Jah) faisait un barbecue par -20°C ! Mes potes et moi étions les seules filles à la peau foncée, on était les "exotiques".


Sa responsabilité envers ses followers
"J’ai un demi-million de followers dont 80% de filles. Je ne veux pas qu’elles pensent que je suis parfaite et heureuse en permanence. J’ai mes problèmes : sur mon corps, quand j’ai un bouton et qu’on m’attend sur le tapis rouge. Si une de mes idoles à l’adolescence m’avait dit « Je suis anxieux », ça m’aurait été à me sentir plus normale. Je veux aider les gens à se sentir moins seuls, parce que j’ai connu la solitude".

L’Interview De Mabel Pour Le Magazine ASOS

Photos: Olivia Rose, Stylisme Natalie Michaelides

Son émotion face au drame de Grenfell Tower
"Je suis furieuse. Je passe devant tous les jours et je prie parce que ça fait mal. C’est chez moi, là d’où je viens et je ne l’oublie pas. Des familles de cinq dans des hôtels immondes, jusqu’au 12e étage. C’est traumatisant. C’est une tragédie et les gens de Grenfell vont en souffrir pour le reste de leur vie. Mais ma communauté est géniale, et voir le soutien que les gens se sont apporté… on ne l’oubliera jamais".

Sa génération
"Je pense que ma génération est ouf ! Qu’on peut apporter au monde de très bonnes choses même si c’est le bordel. Je regarde les infos et je suis en mode, c’est quoi ce Brexit, c’est qui ce Donald Trump. On peut apprendre quelque chose des pires tragédies. Donc je reste positive parce que ma génération utilise ses plateformes pour des sujets comme la santé mentale ou Grenfell. Le futur, c’est nous".
Le nouveau numéro Été 2019 d’ASOS Magazine est sorti il y a quelques semaines. Shoppez votre exemplaire juste ici. Et pour découvrir le dernier album de Mabel, press play.

VOIR NOTRE SHOPPING Article

ALORS ÇA VOUS A PLU?