Support navigateur
Pour utiliser ASOS, nous vous conseillons les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari ou Internet Explorer.

STYLE ET CULTURE POP

INTERVIEW AVEC ARI FITZ

23 octobre 2018

Si vous n’en avez pas encore entendu parler, il est grand temps de découvrir Ari Fitz, la mannequin, auteure et Insider ASOS qui brouille les lignes du genre. Pour le nouveau numéro, ASOS Magazine s'est entretenu avec elle pour discuter de l'expression de soi et de body-positivity. Découvrez des extraits de l’interview et retrouvez l'intégralité dans le magazine ASOS Automne 18, disponible juste ici. 

Ari Fitz Interview avec ASOS Magazine

Photo: ASOS Magazine

Comment tu t’habilles ?

Je vais dans mon dressing, je mets de la musique et je danse. La tenue que je choisis est le miroir de mon état d’esprit. J’associe toujours des pièces homme et femme, et j’aime que mon look soit toujours un peu grunge, un peu street. 

Qui sont tes inspirations mode ?

Toutes les icônes qui jouent avec le genre : Prince, Grace Jones, Jimi Hendrix, David Bowie, George Michael, Coco Chanel, A$AP Rocky et Harry Styles. 

Qu’est-ce que tu penses des termes « tomboy » et                     « androgyne » ?

« Androgyne » me parle plus mais j’ai choisi d’appeler mon zine Tomboyish parce que j’aime que les filles hétéros se voient comme des tomboys. C’est une question de mode et d’identité construite autour de la masculinité, pas de l’orientation sexuelle. 

Est-ce que ton compte Tomboyish a évolué depuis tes débuts ?

Avant c’était mon compte [Insta] perso, mais j’ai créé @tomboyishmag pour offrir une plate-forme où les gens peuvent se sentir libres de s’exprimer.

Comment ta nouvelle comédie web Wedge encourage-t-elle la diversité ?

Il s’agit d’une jeune fille aux superpouvoirs qui veut son premier baiser et les deux personnages principaux sont des femmes queer. J’en ai marre qu’on réduise les gens comme moi à notre apparence et nos relations : je suis plus que ça et les personnages comme moi doivent l’être aussi. 

Comment tu gères les critiques ?

J’ai de moins en moins de mal à ignorer les c***. J’écoute quand même, parce que les critiques sont essentielles au développement, mais j’ai pas de temps à perdre avec ceux qui veulent me détruire. 

 

 

Pour lire l'interview en intégralité, commandez dès maintenant le numéro d'automne du magazine ASOS. 

ALORS ÇA VOUS A PLU?