Support navigateur
Pour utiliser ASOS, nous vous conseillons les dernières versions de Chrome, Firefox, Safari ou Internet Explorer.

STYLE ET CULTURE POP

TROYE SIVAN : L'INTERVIEW

25 mai 2018

À bientôt 23 ans, Troye Sivan s’est fait une place sur la scène de la pop mondiale. A son palmarès, on constate que My My My !, le 1er single de son 2e album, a fait plus de 20 million de vues, qu’il est déjà passé au Saturday Night Live et qu’il est le plus jeune à avoir reçu le Stephen F. Kolzak award, qui récompense les militants pour l’égalité. On se devait donc de rencontrer le phénomène.

Troye Sivan Interview ASOS Mag

Photo: Ryan James Caruthers, Stylisme Luke Raymond

Est-ce que ça compte pour toi d’être un porte-parole de la communauté queer ?

Je prends ça très au sérieux et c’est aussi pour cette raison que je dois aussi laisser la place aux autres et les laisser parler. L’un des problèmes de la communauté LGQBT, c’est qu’elle manque de représentation dans la sphère publique. Je suis un visage de cette communauté mais il y en a des millions d’autres qui méritent eux aussi de se faire entendre. Mon but, c’est de créer un espace pour d’autres voix et de faire entendre les histoires de ceux qui n’ont pas forcément les mêmes opportunités que moi. »

Troye Sivan Interview ASOS Mag

Photo: Ryan James Caruthers, Stylisme Luke Raymond

Tu as fait ta première gay pride à 16 ans. Peux-tu nous en parler ?

Ce jour-là, j’ai compris que mes parents avaient non seulement accepté qui j’étais mais qu’ils étaient prêts à fêter qui j’étais. Ces signes d’affection et d’exubérance, qu’on nous a demandé de cacher et d’essayer de réprimer pendant si longtemps, qui étaient même des signes de honte, qui deviennent des gestes d’affirmation publique, face à la censure et à la morale, c’est magnifique.

Troye Sivan Interview ASOS Mag

Photo: Ryan James Caruthers, Stylisme Luke Raymond

L’une des tes convictions est de créer des espaces sûrs pour les enfants LGBTQ.

Plein de gens continuent de croire que les LGBTQ ont une sexualité débridée et ce n’est pas vrai. C’est bien plus que ça, c’est une question d’identité ou de genre, d’amour ou de coup de foudre innocent à 14 ans. Où explorer tout ça ? Je voulais créer un espace où on peut avoir 14 ans, venir à mes concerts et voir des gens habillés comme bon leur semble qui portent le maquillage qu’ils ont envie de porter et accompagnés de la personne de leur choix, sans que ce soit un environnement adulte pour autant.

Troye Sivan Interview ASOS Mag

Photo: Ryan James Caruthers, Stylisme Luke Raymond

Tu joues dans le film Boy Erased, qui parle de thérapie de conversion. Qu’as-tu retiré de cette expérience ?

Je suis sorti du tournage avec beaucoup plus d’empathie que je ne l’imaginais. Certaines personnes pensent vraiment que leurs enfants signent leur arrêt de mort en dévoilant leur homosexualité, qu’ils vont choper le SIDA ou mourir ou aller en enfer. C’est ce qu’on leur a appris et leur église, qui est au cœur de leur vie, leur dit : « on a un remède. » Je pensais en vouloir beaucoup plus aux parents, mais la majorité des enfants sont placés dans ces camps de conversion contre la volonté de leur famille.

Troye Sivan Interview ASOS Mag

Photo:

Avec la sortie de Boy Erased et le succès de My My My !, tu es dans une super bonne phase.

Le 11 Janvier restera l’un des meilleurs jours de ma vie. C’était le lendemain de la sortie du single, on m’invite au Saturday Night Live et sur Ellen juste après. 2017 a été une suite de surprises qui n’en finit pas : j’ai écrit une chanson dont je suis vraiment fier, je suis devenu le nouveau visage de Valentino et puis il y a ce rôle au cinéma… toutes les planètes se sont alignées et en janvier ça a fait « bang bang bang. » 

ALORS ÇA VOUS A PLU?