Au-delà de la pression inhérente au métier, le métier d’entraîneur a cela d’admirable qu’il faut rester debout pendant 90 minutes qu’il vente, qu’il neige ou qu’il grêle. Autrement dit, un coach se doit d’avoir un bon manteau, à la fois pour résister aux attaques mais aussi aux intempéries. Voici comment les plus grands s’en accommodent.