Quand on est aussi balèze que Zac Efron, il est normal de se saper comme s’il on sortait d’un camp très sportif.