On peut être gallois et se sentir comme chez soi à New-York. Surtout quand on s’appelle Luke Evans.