On a naturellement tendance à mettre le paquet sur les shampooings, se souciant de trouver la perle rare qui sublimera notre crinière de sirène, en délaissant parfois sur le chemin les après-shampooings. A tort. Car qu’on se le dise, le “conditioner” mérite lui aussi sa petite étude quali.